L’Europe a besoin d’une vision claire de la formation numérique et il est nécessaire d’améliorer la situation des jeunes qui ne travaillent pas, ne suivent pas d’études ni de formation

26 Novembre 2013, Mise à jour, 09:33 EEST
  • RSS
  • Imprimer
Loading...
auteur: Le Conseil de l'Union européenne

Parmi les thèmes les plus importants du Conseil « Éducation, jeunesse, culture et sport » de l’UE qui s’est tenu le 25 novembre à Bruxelles, il y avait l’éducation dans un environnement mondialisé numérique et la problématique de de l'inclusion sociale des jeunes qui ne travaillent pas, ne suivent pas d’études ni de formation.

Les ministres européens de l’Éducation ont discuté pour la première fois lors du Conseil ce que peuvent signifier à l’avenir les nouvelles sources de formation largement accessibles et comment utiliser au mieux les possibilités qu’elles ouvrent au niveau national et européen. Selon le ministre lituanien de l’Éducation Dainius Pavalkis qui présidait la réunion des ministres de l’Éducation de l’UE, la présidence lituanienne du Conseil de l’UE est fière de pouvoir soulever cette importante question de la formation numérique pour des discussions au niveau européen.

Comme l’a souligné le ministre, actuellement, lorsque des universités de niveau mondial, comme Harvard ou l’Institut de technologie du Massachussetts ouvrent leurs études dans l’espace virtuel à tous ceux qui le souhaitent dans n’importe quel pays du monde, l’Europe doit décider dans quelle direction doit se développer l’éducation dans l’UE. Afin de garantir la compétitivité des établissements de l’enseignement supérieur européen dans cette course numérique, les ministres ont souligné le besoin de coordonner les actions et les partenariats stratégiques entre les universités européennes, en utilisant aussi, entre autres, le nouveau programme « Erasmus+ ».

Le Conseil de l’éducation a également approuvé les conclusions sur l’exercice efficace des fonctions de direction dans l’enseignement et la dimension mondiale de l’enseignement supérieur européen. « L’adoption de conclusions communes signifie que les pays de l’UE ont une vision commune de ces questions éducatives importantes et qu’ils travailleront ensemble pour atteindre les mêmes objectifs. Lors de sa présidence du Conseil de l’UE, la Lituanie a activement contribué à l’examen de ces questions en organisant des discussions de niveau international sur l’exercice efficace des fonctions de direction dans l’enseignement et l’internationalisation de l’enseignement supérieur européen », a dit le ministre lituanien.

Dans la partie du Conseil consacrée à la jeunesse, les ministres de l’UE ont adopté les conclusions du Conseil qui reflètent la priorité de la présidence lituanienne, relatives à l’amélioration de l'inclusion sociale des jeunes qui ne travaillent pas, ne suivent pas d’études ni de formation. Selon la ministre lituanienne de la Protection sociale et de l’Emploi Algimanta Pabedinskienė qui présidait la réunion, c’est un pas important qui permettra de mieux régler les problèmes des jeunes qui, hélas, restent toujours très poignants.

« La jeunesse européenne vit une période particulièrement difficile et complexe. Les effets de la crise de 2008 et de la récession économique qui a suivi se font encore beaucoup ressentir sur le marché du travail. Cela a particulièrement impacté les jeunes, dont le taux de chômage atteint encore des records. Les périodes de chômage prolongées ou fréquentes ainsi que la non-participation dans les systèmes d’éducation ou de formation professionnelle peuvent devenir une cause de pauvreté et d’exclusion sociale. Ces effets peuvent être pas uniquement à court terme, et ils peuvent être ressentis même en cas de reprise économique. Pour cette raison, il est particulièrement important de régler ces problèmes sans tarder », a déclaré la ministre A. Pabedinskienė

Quelques initiatives politiques, englobant la prévention, l’éducation, la formation informelle, l’emploi, et se concentrant sur le passage du système scolaire au marché du travail, ont été présentées dans les conclusions du Conseil. Pour les préparer, on a tenu compte des résultats de la Conférence européenne sur la jeunesse qui a eu lieu en septembre à Vilnius.

Lors du Conseil ont eu lieu des débats politiques entre les ministres sur le futur plan de travail de l’UE dans le domaine de la jeunesse, où les ministres ont discuté des actions au niveau de l’UE pour régler les problèmes rencontrés par les jeunes. Le plan devrait être approuvé lors de la présidence grecque, les priorités concrètes de la politique de la jeunesse seront prévues ainsi que les mesures pour y parvenir.

Aujourd’hui, un déjeuner de travail du dialogue structurel des ministres chargés de la jeunesse a eu également lieu avec des représentants du Forum européen de la jeunesse et des conseils nationaux de la jeunesse, où ont été abordées les questions les plus actuelles de la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse. Selon la ministre A. Pabedinskienė, il est très important d’écouter la voix des jeunes et leurs attentes, et de discuter ensemble des décisions importantes liées à l’avenir des jeunes.

Sélectionner tout

Par domaine politique

  • Affaires générales (GAC)
  • Affaires étrangères (CAE)
  • Affaires économiques et financières (ECOFIN)
  • Justice et affaires intérieures (JAI)
  • Emploi, politique sociale, santé et consommateurs (EPSCO)
  • Compétitivité (COMPET)
  • Transports, télécommunications et énergie (TTE)
  • Agriculture et pêche (AGRI)
  • Environnement (ENVI)
  • Éducation, jeunesse, culture et sport (EJC)

Calendrier des événements

Recherche Tous les événements
Précédant Suivant
Décembre 2013
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30
8
14
15
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
01 02 03 04 05
De 28.11.2013 à 29.11.2013
Troisième Sommet du Partenariat oriental

S‘abonner aux actualités

À propos abonnement