La Conférence interparlementaire : une attention particulière est portée à la politique étrangère et de sécurité commune de l'Union européenne et aux actualités du Partenariat oriental

09 Septembre 2013, Mise à jour, 15:32 EEST
  • RSS
  • Imprimer
Loading...
auteur: Olga Posaškova

La Conférence interparlementaire sur la politique étrangère et de sécurité commune et la politique de sécurité et de défense commune a commencé ses travaux au Seimas. Au centre de l’attention : les stratégies et priorités de la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE, les actualités du Partenariat oriental et la promotion des valeurs démocratiques.

Les participants à la conférence ont été félicités par la Présidente de la République de Lituanie Dalia Grybauskaitė, le Président du Seimas Vydas Gedvilas et le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen Elmar Brok. Les discours d’ouverture ont été également prononcés par prof. Benediktas Juodka, président de la commission des Affaires étrangères, et Artūras Paulauskas, président de la commission de la Sécurité nationale et de la Défense du Seimas de la République de Lituanie.

Lors de son intervention, la Présidente de la République de Lituanie D. Grybauskaitė a souligné que la sécurité et la prospérité sont indissociables. « Par conséquent, je suis sûre que la signature de l’Accord d'association entre l’Union européenne et l’Ukraine et le paraphe des accords avec la Moldavie et la Géorgie au Sommet de Vilnius en novembre non seulement encourageront des relations commerciales et économiques plus étroites, mais contribueront aussi à la construction d’un continent européen sûr, stable et prospère. Ce serait également la confirmation de la fiabilité de l’Europe », a déclaré la chef de l’État. Elle a également fait remarquer qu’au XXIe siècle, on ne pouvait plus parler seulement des menaces conventionnelles. « Les conflits de l’information, environnementaux, énergétiques, humanitaires et religieux ne sont que quelques formes des conflits qui ont lieu aujourd’hui dans le monde. Si nous voulons la paix, la stabilité et la prospérité, nous ne pouvons ignorer aucun d’eux. Nous devons être prêts à régler les crises provoquées tant par des armes chimiques que par le manque d’eau ou des cyber-attaques », a-t-elle dit. Selon la Présidente, on doit chercher un accord commun pour maîtriser les raisons complexes des conflits modernes.

D’après le Président du Seimas V. Gedvilas, si la grande partie de l’Europe vit dans la paix depuis presque 70 ans et que les relations interétatiques se fondent sur les principes de droit et de confiance réciproque, d’autres régions du monde sont confrontées à une tout autre réalité. « Les évènements des dernières années en Afrique du Nord et au Moyen Orient nous rappellent encore une fois à quel point il est important d’avoir une politique étrangère et de sécurité commune efficace pour contribuer à la promotion de la paix, de la stabilité, de la démocratie et des droits de l’homme et pour favoriser le progrès social et économique dans cette région stratégiquement importante », a déclaré le Président du Seimas. Selon lui, une implication plus active de l’Union européenne dans les lieux de décision est également nécessaire à ses partenaires orientaux, qui restent coincés au carrefour géopolitique et pour lesquels le soutien stratégique de l’Union européenne aiderait à prendre des décisions historiques majeures. « Je suis convaincu qu’une politique extérieure forte, intégrée et efficace de l’Union peut contribuer à des évolutions positives en Afrique du Nord et au Moyen Orient en cette période cruciale et difficile. J’espère aussi que nous parviendrons à une position commune en matière de questions fondamentales concernant les voisins de l’Est et que tous ces efforts seront couronnés de succès lors du Sommet du Partenariat oriental avec l’Union européenne en novembre à Vilnius », a dit le Président du Seimas dans son discours de bienvenue aux participants à la conférence.

Selon le président de la commission des Affaires étrangères prof. B. Juodka, en soutenant les réformes politiques, économiques et sociales menées dans son voisinage oriental et méridional ainsi qu’en renforçant ses liens avec les pays voisins, l’Union européenne contribue à la construction d’un voisinage sûr et offrant de nouvelles opportunités. « Nous devons unir nos efforts et œuvrer ensemble pour faire en sorte que la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union soit active et crée un environnement plus sûr et plus démocratique pour la population. Une attention particulière devrait être portée à la situation difficile dans le voisinage Sud.  Les bouleversements qui continuent en Egypte, la situation complexe et difficile à prévoir en Syrie feront, j’en suis sûr, l’objet de nos discussions approfondies », a dit B. Juodka dans son discours d’ouverture.

D’après le président de la commission de la Sécurité nationale et de la Défense A. Paulauskas, l’Europe fait face aujourd’hui à de multiples défis en matière de sécurité et de défense. « C’est pourquoi <…> nous devrions chercher conjointement les moyens les plus efficaces de développer une coopération étroite entre l’OTAN et l’Union européenne, discuter ensemble du développement et du renforcement des capacités communes qui nous permettraient de réagir avec succès face à des menaces cybernétiques, énergétiques ou d’autres menaces potentielles », a déclaré le président de la commission de la Sécurité nationale et de la Défense. Il a également attiré l’attention sur le déclin des budgets nationaux de la défense, qui, selon lui, a des conséquences négatives sur les capacités de défense et fragilise l’industrie de défense.

Le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen E. Brok a souligné, à propos du Partenariat oriental, que la situation était loin d’être satisfaisante. Il a cependant affirmé que les portes sont grandes ouvertes à tous les pays partenaires de l’Est sous réserve de remplir certaines conditions. Selon E. Brok, le Sommet du Partenariat oriental sera important pour toute l’Europe.

Le président de la commission des Affaires étrangères du PE a aussi évoqué la situation en Syrie et en Egypte. Il a remarqué que la situation en Syrie était particulièrement choquante et que le massacre y durait depuis 2,5 ans sans que la communauté internationale n’y trouve une solution. D’après le président de la commission des Affaires étrangères du PE, les Nations unies ne peuvent pas tolérer l’utilisation d’armes chimiques ; il faut donc s’assurer que de tels actes ne restent pas impunis. Il a aussi ajouté que les discussions sur une intervention militaire devraient se poursuivre pour dégager une solution concrète qu’on pourrait présenter à la communauté internationale.

Pour plus d'informations sur l’évènement, consultez le site dédié à la dimension parlementaire de la Présidence lituanienne du Conseil de l’Union européenne.

Sélectionner tout

Par domaine politique

  • Affaires générales (GAC)
  • Affaires étrangères (CAE)
  • Affaires économiques et financières (ECOFIN)
  • Justice et affaires intérieures (JAI)
  • Emploi, politique sociale, santé et consommateurs (EPSCO)
  • Compétitivité (COMPET)
  • Transports, télécommunications et énergie (TTE)
  • Agriculture et pêche (AGRI)
  • Environnement (ENVI)
  • Éducation, jeunesse, culture et sport (EJC)

Calendrier des événements

Recherche Tous les événements
Précédant Suivant
Décembre 2013
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30
8
14
15
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
01 02 03 04 05
De 28.11.2013 à 29.11.2013
Troisième Sommet du Partenariat oriental

S‘abonner aux actualités

À propos abonnement