Le Partenariat oriental : la diplomatie culturelle comme moteur pour de bonnes relations étrangères entre les pays voisins

15 Novembre 2013, Mise à jour, 08:53 EEST
  • RSS
  • Imprimer
Loading...
auteur: Reuters/ Scanpix

La présidence lituanienne du Conseil de l’UE a distingué le Partenariat oriental comme un des domaines prioritaires les plus importants. Le pays est intéressé à avoir à l’Est des voisins économiquement forts et prometteurs, orientés sur les valeurs européennes et la démocratisation. Le partenariat oriental est l’instrument le plus efficace pour la réalisation de ces objectifs, tandis que la diplomatie culturelle dirige un développement harmonieux du programme. Toutefois, ce processus de renforcement des relations est seulement une introduction, car le point culminant aura lieu au Sommet de Vilnius les 28 et 29 novembre, où sera finalement décidé le destin du partenariat avec les voisins orientaux suivants : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine.

Le rôle de la culture est essentiel pour le développement du programme du Partenariat oriental

Lors de la réunion informelle des hauts fonctionnaires des ministères de la Culture et des Affaires étrangères les 16 et 17 octobre sur les questions de la diplomatie culturelle, ont eu lieu des discussions sur comment une histoire et culture communes peuvent servir à un bon voisinage. Des représentants des pays membres de l’UE, de la Commission européenne, du Parlement européen, du service européen pour l’action extérieure et d’autres institutions concernées ont participé à la réunion.

L’intellectuel ukrainien, observateur actif des processus politiques et éthiques en Ukraine, et directeur du Centre de développement « Democracy through culture » Olexandr Boutsenko, qui a été un des participants à cette réunion, a affirmé que la culture joue un rôle principal pour la potentielle activité du Partenariat oriental. Elle rapproche les pays du Partenariat oriental des valeurs européennes, et elle protège leur durabilité et leur diffusion.

Concernant la spécificité des valeurs européennes, il faudrait mentionner les droits de l’homme protégés, la gouvernance démocratique et la liberté d’expression. Selon le professeur O. Boutsenko, ces valeurs sont considérées comme les plus importantes également dans les processus internes de l’Ukraine notamment grâce au développement culturel et à l’action culturelle. La culture permet de révéler son potentiel d’expression. Sa diffusion entre les peuples et les différentes couches de la société a lieu avec la réalisation de différents événements culturels, même s’ils sont post-modernes ou simplement universels, conformément à certains domaines : style, environnement, point de vue. Tout dépend des intérêts et des domaines des gens : chacun trouve son milieu.


 « Dans certains cas en Ukraine, on mène une expression même contradictoire et extravagante, par exemple, comme dans l’atelier artistique de « Mystetsky Arsenal » à Kiev, où a été montrée l’importance de l’expression et de l’individualité dans différents dessins sur les murs », a rappelé le professeur.

D’autre part, ces possibilités d’expression forment des citoyens actifs qui sont capables de construire individuellement et courageusement leur avenir. Par conséquent, tout droit de l’homme qui est réalisé pas au niveau culturel devient seulement une phrase vide. Enfin, le rôle de la culture dans la vie de la personne l’encourage à être curieuse, rechercher les informations et être active, et cela détermine aussi le destin de l’individu.

Une compréhension culturelle mutuelle rapproche les intérêts politiques

Des pays avec un passé commun proche ont des intérêts similaires en matière de culture. Cela encourage une tolérance mutuelle et un sentiment de compréhension. En parlant de ce contexte commun du passé, les officiels des pays commencent à réfléchir à un présent et un avenir qui apporte diplomatiquement un bénéfice mutuel. Ainsi, le prolongement commun du passé des pays dans la culture trace des voies vers des objectifs politiques communs dans le futur. Cela garantit que le fondement de bonnes relations sera basé sur les valeurs démocratiques.

 « Les projets culturels communs du programme du Partenariat oriental peuvent associer non seulement différents artistes et spécialistes de la culture, mais aussi un large public et les intérêts de divers fonctionnaires », a souligné O. Boutsenko.

La contribution de la culture est particulièrement importante lorsqu’on parle de promotion des réformes politiques, de démocratisation et de dialogue entre la société civile et les décideurs de la politique culturelle des pays voisins, c’est pourquoi une histoire et culture communes peuvent servir à un bon voisinage, en sauvegardant l’identité locale et en encourageant le développement d’intérêts interculturels, d’une confiance mutuelle et d’une polyphonie culturelle.

La politique culturelle ouvre la voie vers une société démocratique

Selon le Centre de développement de l’Ukraine « Democracy through culture », la culture est indiquée comme un instrument qui permet de développer la démocratie dans la société. « Notre objectif est de développer la politique culturelle dans les communautés locales, parmi les villes. Elle devrait être accessible à tous et novatrice. Toutefois, une politique culturelle sans interaction avec les autres domaines de la vie, comme l’éducation, la protection sociale, l’économie et les médias, ne sera pas un succès. En promouvant la politique culturelle dans la société, nous nous efforçons d’impliquer aussi les autres domaines d’activité », a déclaré le directeur du Centre de développement O. Boutsenko.

Ainsi, il est difficile de développer une société démocratique sans un développement efficace de la culture. Comme la démocratisation est une priorité de la durabilité des valeurs européennes, son développement est un élément indissociable également dans le Partenariat oriental.

Après la mise en œuvre du programme du Partenariat oriental, l’UE, pour sa part, éloignerait un peu l’Ukraine de la grande zone d’influence de la Russie et pourrait plus efficacement encourager les réformes démocratiques et l’intégration européenne dans ce pays. « La création d’un espace commercial commun entre l’UE et l’Ukraine est vraiment nécessaire tant pour l’Ukraine et ses efforts pour continuer à rechercher des liens plus étroits avec l’UE et renforcer son indépendance économique et politique vis à vis de la Russie, que pour la stimulation de la croissance économique de l’UE », a affirmé le politologue et enseignant de l’Institut de Sciences politiques et Relations internationales (TSPMI) de l’Université de Vilnius Tomas Janeliūnas. Cela apporte un bénéfice mutuel et justifie les attentes des pays, c’est pourquoi la diplomatie culturelle est une partie indissociable dans la mise en œuvre du programme du Partenariat oriental.

Auteur de l’article : Patricija Babrauskaitė, auteur du concours de jeunes journalistes, organisé par le ministère des Affaires étrangères et « Eurodesk Lietuva ».

 

Actualités liées

Sélectionner tout

Par domaine politique

  • Affaires générales (GAC)
  • Affaires étrangères (CAE)
  • Affaires économiques et financières (ECOFIN)
  • Justice et affaires intérieures (JAI)
  • Emploi, politique sociale, santé et consommateurs (EPSCO)
  • Compétitivité (COMPET)
  • Transports, télécommunications et énergie (TTE)
  • Agriculture et pêche (AGRI)
  • Environnement (ENVI)
  • Éducation, jeunesse, culture et sport (EJC)

Calendrier des événements

Recherche Tous les événements
Précédant Suivant
Décembre 2013
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30
8
14
15
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
01 02 03 04 05
De 28.11.2013 à 29.11.2013
Troisième Sommet du Partenariat oriental

S‘abonner aux actualités

À propos abonnement